La Grande Guerre.
Suivez les destins de différents personnages.
L’histoire de destins croisés.

Dernières
vidéos

Les quelque 400 000 femmes qui travaillaient dans les usines d'armement françaises avaient reçu le sobriquet de « munitionnettes ».
De 1914 à 1918, l'écrivain Agatha Christie a été infirmière dans un hôpital de la Croix-Rouge à Torquay. Elle attribuait sa connaissance des poisons aux remèdes qu'elle préparait pour les soldats blessés.
Savez-vous qui étaient les « marraines de guerre » ? Cette initiative patriotique lancée en 1915 incitait les femmes à soutenir les soldats qui avaient perdu leur famille en leur envoyant des lettres.
Pendant la guerre, ce sont 10 milliards de lettres et de cartes postales qui ont été échangées. Les lignes radio et téléphoniques étant réservées à des usages militaires, il s'agissait du principal moyen de communication avec le front.
Les soldats anglais de la Grande Guerre ont inventé tout un argot baptisé « Trench Slang » (argot des tranchées), qui rassemble près de 2000 mots et expressions.
Les armes et explosifs de la Première Guerre mondiale étaient tellement bruyants qu'en 1917, les barrages d'artillerie et explosions de mines d'Ypres (Belgique) étaient audibles jusqu'à Londres, soit à plus de 200 km de distance.
Pendant la Première Guerre mondiale, les chars britanniques ont d'abord été divisés en chars « masculins » et « féminins » : les uns dotés d'un canon, les autres de mitrailleuses lourdes.
Les premiers chars britanniques étaient appelés « landships », littéralement navires terrestres. Plus tard, ils ont été rebaptisés « tanks » (cuves) afin de les faire passer pour des réserves d'eau mobiles plutôt que des armes.
Plus de 500 000 pigeons voyageurs ont été utilisés pendant la Grande Guerre. Certains ont même été cités à l'ordre de la nation pour services rendus.
Des milliers de chiens ont servi pendant la Première Guerre mondiale. Une capsule fixée au corps, ils relayaient des messages au front. D'autres servaient de gardes, voire de fournisseurs d'armes et de munitions.
Des éléphants utilisés pendant la Première Guerre mondiale ? L'idée peut faire sourire, mais c'est bel et bien le cas : puisque l'armée avait acheté et envoyé au front Ouest la majeure partie des chevaux anglais, bon nombre de fermiers et de commerçants avaient dû trouver d'autres bêtes de somme, parmi lesquelles des éléphants.
Pendant toute la guerre, le célèbre soldat-musicien Maurice Maréchal a joué de la musique sacrée sur un violoncelle que ses camarades Poilus lui avaient taillé dans une caisse de munitions.
La veille de Noël 1914 sur le front Ouest, les soldats chantaient des cantiques à destination du camp adverse. Le jour de Noël, les 2/3 du front déclarèrent une trêve qui dura toute la semaine dans certaines poches.
Les Poilus français recevaient chaque jour leur ration de vin : 37,5 cl en 1914, puis 50 dès janvier 1916 et jusqu'à 75 cl début 1918.
Le célèbre bleu horizon, ce gris-bleu indissociable de l'uniforme français, fut ainsi nommé par l'hebdomadaire « L'Illustration » qui le comparait à la couleur du ciel.
La Première Guerre mondiale a mobilisé plus de 65 millions d'hommes venus de 30 pays et fait près de 10 millions de victimes ; 6 millions pour les Alliés et 4 pour les Empires centraux.
Une tranchée fait 2,5 m de profondeur. On les creusait en zigzag pour éviter les tirs en enfilade et minimiser les dégâts des éclats d'obus.
La tour Eiffel a joué un rôle majeur pendant la Première Guerre mondiale : dotée d'un des premiers équipements de télégraphie sans fil, c'est elle qui a reçu le message de la victoire.

Dernières
nouvelles

thumbnail_biopic_karl

Ces Soldats Inconnus : Karl

Voici Karl, le personnage allemand de Soldats Inconnus : forcé de quitter sa femme et son fils pour se battre dans la Grande Guerre, il devient prisonnier de guerre et fera tout ce qu'il peut pour retrouver sa famille.

En savoir plus

thumbnail_biopic_anna

Ces Soldats Inconnus : Anna

Voici Anna, une infirmière dédiée et l'une des personnages jouables de Soldats Inconnus…

En savoir plus

Plus d'actualités